Puisqu’il faut bien se jeter à l’eau…

Le terme « reticulum » a un triple écho dans mon parcours de chercheuse. Il renvoie tout d’abord au « réseau », celui qui constitue le cœur de mon objet de recherche. Il traduit ensuite mon espoir d’une recherche en « réseau », d’un travail plus collaboratif, que j’aimerais (re)trouver. Et puis, « reticulum » désigne aussi au XVIIe siècle le deuxième estomac d’un ruminant, ce qui caractérise bien la façon dont je vois ce blog.  Digérer, re-digérer, re-re-digérer… Puisque le reticulum endoplasmique synthétise des protéines, il reste à espérer que ce blog réussira à synthétiser mes envies.

L’objectif de ce blog peut se résumer en trois infinitifs : documenter, donner une cohérence, et dépasser. Documenter et même archiver le processus doctoral, les tâtonnements et les impasses, fournir une voie parallèle de lecture à l’objet fini qui s’appellera thèse. Donner une cohérence aux pensées éparses, aux envies multiples et aux débuts de bonnes idées que j’ai consignés depuis 2014. Dépasser le perfectionnisme qui m’a tant paralysée ces cinq dernières années. Dépasser les angoisses de la page blanche et autres « muses de la non-inspiration », par un rapport plus régulier, plus sain, à l’écriture. Mais aussi dépasser à terme le cadre strict de la thèse et de l’écriture scientifique, pour inspirer et entrer en débat avec tous ceux qui partagent des méthodes, des approches épistémologiques et des diagnostiques historiographiques semblables, différents voire antagonistes. En résumé : un plus grand archivage de la recherche en train de se faire, un espace de liberté aussi face aux contraintes de toutes sortes qui freinent ma créativité.

Source : La Mine, Encyclopédie non exhaustive des savoirs approximatifs, Paris, Delcourt, 2019.

Il n’est pas vain de parler de liberté. Ma thèse a pour sujet les réformateurs des prisons belges au XIXe siècle. Elle interroge en particulier l’histoire des « petits soldats » de la réforme : le personnel pénitentiaire. Ces « soldats » ont des parcours divers que j’ai documentés, codés, analysés par des méthodes diverses, qualitatives et quantitatives, plus originales ou très classiques. Mon intérêt particulier se porte sur les passages des « réformateurs » d’un réseau à un autre (par exemple d’une prison centrale au Ministère de la Justice), ce que j’appelle des passages réticulaires. C’est un travail en cours, touffu. Aussi exaltant qu’intimidant. Parfois désespérant.

La recherche d’une colonne vertébrale est le sacerdoce de toute chercheuse dispersée. Ce blog est une ultime tentative de m’en doter. Pour y verser ma substantifique moelle. Et la partager. En adoptant comme devise « cum iactantia et cum metu » : « avec [un peu de] forfanterie et avec une [certaine dose de] peur [assumée] ».

Présentation du blog

Ce blog sera constitué d’extraits d’un carnet de bord que je tiens presque quotidiennement depuis le 22 mars 2019.

Légende  de la photo principale du blog : Hieronymus Bosch, The Garden of Earthly Delights, left panel, Detail Foutain of Life with owl, oil on oak panels, 220 cm × 389 cm (87 in × 153 in), Museo del Prado, Madrid


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.