Une disposition particulière pour travailler

Ce matin, je repense aux inombrables personnes qui ont corrigé mes écrits depuis que j’ai l’âge d’avoir mon propre stylo Parker. Certaines remarques, malgré leurs brièveté, résonnent encore. Il y a également ces moments de jubilation : ceux où le temps s’accélère, et où en quelques minutes un échange miraculeux s’établit. C’est en regardant Joyce DiDonato corriger avec tellement de talent Jakub Józef Orliński, que j’ai repensé à ces micro-secondes indicibles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.