Passefilures et passe-muraille

« Ce que nous appelons commencement est souvent la fin.
La fin, c’est l’endroit d’où nous partons. »

T.S. Eliot
Divers exemple de portes, Creative Commons, Source : Wikipedia

Ce blog a vu le jour pour tenter de doter ma recherche d’une nouvelle colonne vertébrale. En vérité, il accompagne ce long redressement, il me motive lorsque je réexamine ma question de recherche, mes hypothèses, mes principaux arguments. Au fil des jours, je sens que ma recherche s’aligne, retrouve son assise. Dans ce processus, ma soif d’apprendre est à la fois une bénédiction et une malédiction. D’un côté, l’enthousiasme me permet de braver la monotonie du confinement voire de moissonner dans le champ des possibles, bien au-delà de ma thèse. Apprentissage du portugais, cours en ligne sur les films de l’époque victorienne par le British Film Institute, recettes improvisées, littérature américaine, dessin. Cette dispersion m’empêche de ressentir la thèse comme un fardeau, de m’identifier personnellement à sa rigueur, de me plier uniquement à son besoin de naître. Mais elle me donne aussi l’impression d’avancer à l’allure d’un Brabançon dans une clairière, avec force certes, d’un pas pesant. Ma dispersion est bien rangée, bien organisée dans les tiroirs de ma journée, mais est-elle autre chose qu’un moyen de m’échapper?

Depuis quelques semaines, la passion de la recherche m’embrase de nouveau. Je veux comprendre. Je veux décortiquer, je veux prouver. Mais je reste prudente. J’ai peur de trop m’exposer, d(e m)’affirmer. Ma persévérance est le seul contrefort à cette prudence, cette pudeur excessive que l’écriture de ces quelques lignes m’aide à soigner. Laisser courir mes mains sur le clavier est seul remède à l’inquiétude. Arrêter un point de vue signifie fermer une multitude de portes, choisir celle qui est la mienne. Alors j’essaie de fixer la porte du fond pour mieux oublier les portes périphériques, de déployer mon pas de Brabançon, puis de m’y engouffrer sans regarder en arrière. C’est souvent laborieux. Je voudrais être espiègle, écrire avec facilité et agilité, sans trop réfléchir. Quand je ressens cette envie d’en découdre, tout m’apparaît comme une opportunité.

Ma dispersion est source de créativité, de décentrement, c’est un échappatoire salutaire. J’ai l’impression qu’elle me rend un peu passe-muraille. Rien ne m’empêche d’apprivoiser encore davantage ma dispersion, de mieux la canaliser. Et si l’objectif final était de garder mes facultés de passe-muraille pour mieux passefiler ma thèse? A condition de me décharger de quelques unes de mes habitudes chronophages, comme un cheval de trait décharge les arbres abattus.

PASSEFILER (pâ-se-fi-lé) v. a. : Terme de couturière et de ravaudeuse. Faire une reprise, passer un fil de laine, de soie, etc. dans un mouchoir, un bas, etc. pour réparer la partie mauvaise ou affaiblie. Passefiler un bas. Passefiler une étoffe.

« Passefiler » dans Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, 1872-1877, consulté en ligne

PASSE-MURAILLE , littér.  : Personne qui aurait la faculté de passer à travers les murs. Par extension, personne capable de s’échapper mystérieusement d’un lieu ou de traverser un obstacle.

« Passe-muraille » , dans TLFi, issu du Trésor de la Langue Française (1971-1994), consulté en ligne
Anoushka Shankar – Dissolving boundaries
Un autre de ses morceaux, Unsaid, passait sur Musiq3 au moment de l’écriture de cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.