“L’E.T.A.*, c’est moi”. Notes éparses sur la tyrannie des deadlines

*E.T.A. signifie “Estimated Time of Arrival”, l’heure théorique d’arrivée d’une livraison. L’E.T.A. est toujours donnée dans l’heure locale du destinataire.

L’incertitude est le bain poisseux de nos vies, m’a susurré à l’oreille l’année 2020. Du jour au lendemain, tout peut s’effondrer. Toutes les technologies que nous développons pour repousser au plus loin l’incertain (GPS pour estimer l’heure d’arrivée, plannings, logiciels d’optimisation) ne donnent qu’un faux sentiment de contrôle. Paradoxalement, l’omniprésence de l’incertitude a pour moi quelque chose de rassurant dans cette période bien sombre. Si l’incertitude est le lot commun, je me sens faire partie d’un groupe indistinct et presque protecteur d’incertains. La précarité de mes tâtonnements n’est plus terrifiante. Les doutes constants qui entourent l’écriture de ma thèse deviennent alors des compagnons de route, qui veillent simplement à me rappeler le bain poisseux mais partagé de l’incertitude, et non d’affreuses hydres que je dois affronter seule.

Jérôme Bosch, Le jardin des délices, détail du panneau de droite, flûtiste (entre 1490 et 1510). Source : Hieronymus Bosch, Public domain, via Wikimedia Commons

Depuis 2020, j’accepte davantage l’incertitude que les deadlines. Et c’est sans doute ma plus grande force en ce moment. Je refuse toute deadline qui n’est pas intime, c’est-à-dire toute deadline imposée de l’extérieur. Cette indépendance est certes un mécanisme de protection quelque peu radical, mais c’est aussi un étendard solide face aux craintes des autres, ces inquiétudes qui ne m’appartiennent plus. “Que vas-tu faire de cette thèse?”, “Sept ans de ta vie?”, “Tu penses aussi à ta carrière?”, “Vu tout ce que tu as sacrifié, ne serait-il pas temps de la terminer?” La “carrière” m’apparait en ce moment comme un paravent à toutes les misères individuelles et partagées. C’est un miroir aux alouettes pour ma motivation. Seul le plaisir et la sensation d’écrire quelque chose de juste peuvent me permettre d’avancer. Et puis aussi ce besoin de “sortir la thèse de l’atelier”, comme le dirait Howard Becker. Tout le reste – la carrière académique, la carrière tout court – ce sont des concepts trop récents et trop anciens à la fois, des concepts qui n’appartiennent plus vraiment à ma génération. Mes déraillements furent salutaires.

Dans le Royaume de ma Thèse, je me suis donc établie en despote éclairée (et non en monarque absolu de droit divin, comme le suggère le titre de ce billet). Seule bien sûr, je n’y parviendrais pas. Ma pensée se construit grâce à mes contradicteurs, à mes prédécesseurs, à mes “inspirateurs”, à mes promoteurs (directeurs) qui sont un peu tout à la fois. Mais la prise de décision m’appartient à tout moment, j’en assume toutes les conséquences.

Le temps m’appartient de nouveau. Le temps d’aller courir, d’aller nager, de prendre un bain, de rêver, de lire de la poésie et des romans de Tahar Ben Jelloun, le temps de vivre. Le temps d’avoir une autre profession non académique à temps plein.

Ciao bye, culpabilité. Ciao bye, pression. Ciao bye, conformité.

Jérôme Bosch, L’adoration des mages, détail du panneau de gauche, vers 1495. Source : Hieronymus Bosch, Public domain, via Wikimedia Commons

La phrase apocryphe prononcée par Louis XIV, “L’État, c’est moi” daterait du 13 avril 1655, soit il y a 366 ans. La bissextilité de ce chiffre me plait. Selon Wikipedia, cette phrase est “censée rappeler la primauté de l’autorité royale dans un contexte de défiance avec le Parlement, qui conteste des édits royaux pris en lit de justice le 20 mars 1655.1

J’édicte :

Les deadlines ne peuvent exercer aucune tyrannie à mon égard. Elles ne me sont utiles que lorsque je les fixe moi-même. CAR TEL EST NOTRE PLAISIR. Et afin que ce soit chose ferme et stable à toujours nous avons fait mettre notre sceau à cesdites présentes. DONNÉ à Saint-Gilles au mois d’avril, l’an de grâce deux-mil-vingt-et-un et de notre règne.

Ciao bye.

  1. https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27%C3%89tat,_c%27est_moi []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.