Comment interroger un manuscrit ? Doute et infusions du doute

L’exhumation d’un manuscrit a quelque chose d’exaltant. L’encre sur les pages, le mouvement fluide ou hésitant de la cursive, le rythme des hastes et des hampes, les différences de colorations de l’encre, les taches éventuelles qui trahissent peut-être l’empressement du scripteur. Les empattements mitraillent parfois le texte comme des ratures, laissant deviner un tempérament fiévreux. Comme par contraste, le manuscrit de 1825 que j’ai sous les yeux est étonnamment sobre.


Portrait de Hieronymus Bosch
Recueil d’Arras (Arras, Bibliothèque Municipale, ms. 266, fol. 275), circa 1550, 41 cm x 28 cm, Collection Arras, Bibliothèque Municipale. Source : Wikipédia

Mes interrogations ce matin ont une forme de contre-poinçon : cet espace blanc à l’intérieur d’une lettre. Je me sens à la fois “délimitée” par un questionnaire et confrontée à un “blanc”. Je connais le nom de l’auteur du manuscrit et sa date de naissance. Par des extraits de ses autres écrits (publiés), j’ai également reconstitué les bribes de sa carrière au sein du Ministère de la justice. L’auteur – que nous appellerons B. – est peut-être également le scripteur de la copie que j’ai entre les mains. Difficile d’en être certaine. Il ne peut en tout cas s’agir que d’une copie puisque des lettres éclairant les conditions de réception du manuscrit ont été recopiées par la même plume et enchâssées dans le texte (au début et à la fin, comme pour l’encadrer). L’absence de ratures et la régularité de l’écriture donnent à penser qu’il a peut-être été recopié d’une traite. La similarité de l’écriture et de la signature de l’auteur (que j’ai retrouvée dans d’autres livres imprimés) m’interrogent : B. l’a-t-il recopié lui-même?

Portrait de Hieronymus Bosch [detail], circa 1550 (1543-1573), attribué à Jacques Leboucq, Crayon rouge et noir. Extrait du Recueil d’Arras (fol. 275. Arras, Bibliothèque Municipale. Source : Wikipedia

La question qui me taraude est presque une contre-pétrie : qui est B.? B. est qui? … Béquille! Je souris comme une communiante de cette trouvaille, qui me fait penser aux noms des personnages de Paul Auster. Puis-je soumettre le lecteur aux cahots de mon écriture indiciaire, non-chronologique, écriture qui trahit les étapes de mon cheminement plutôt que celles de la vie de l’auteur ? Est-ce faire violence au manuscrit que je n’ai même pas encore lu en entier ?

Portrait de Hieronymus Bosch [detail], circa 1550 (1543-1573), attribué à Jacques Leboucq, Crayon rouge et noir. Extrait du Recueil d’Arras (fol. 275. Arras, Bibliothèque Municipale. Source : Wikipedia

Qui est B. ? La véritable question à poser n’est-elle pas : quelle sont les intentions d’auteur de B., en tant qu’auteur intellectuel et expéditeur du manuscrit ? Qu’espère-t-il de cet envoi ? Les lettres recopiées montrent que le manuscrit original a été “refusé” par un certain “D.B.” qui voulait néanmoins s’en procurer une copie. Pourquoi relier une lettre de sollicitation (de B.) et une lettre de refus (de D.B.) dans son manuscrit?

B. semble avoir semé des indices que j’essaie de saisir. Une lettre au successeur de D.B. a été glissé dans la tranche, peut-être par son destinataire. Dans cette lettre, B. écrit : “je me croirai heureux s’il peut vous être de quelqu’utilité”. En ce moment précis, j’ai l’impression que B. s’adresse à moi. Qu’il espère m’aider à le retrouver dans les phrases du diagnostic qu’il pose en 1825. C’est assez présomptueux de penser que j’ai le moindre lien intime avec B.

Portrait de Hieronymus Bosch [detail], circa 1550 (1543-1573), attribué à Jacques Leboucq, Crayon rouge et noir. Extrait du Recueil d’Arras (fol. 275. Arras, Bibliothèque Municipale. Source : Wikipedia

Mais comment alors penser cette relation avec B.? Je suis en train de dévorer Stéphane Michonneau, Un récit mémorable. Essai d’égo-exorcisme historique, Publications de la Sorbonne, 2017. Ce matin, je lis B. et Stéphane Michonneau en parallèle, comme si leurs histoires conjuguées à celle d’Andreu Martí et à la mienne, allaient me sortir du brouillard.

Nous verrons. J’en tiendrai ce blog informé.

Portrait de Hieronymus Bosch [detail], circa 1550 (1543-1573), attribué à Jacques Leboucq, Crayon rouge et noir. Extrait du Recueil d’Arras (fol. 275. Arras, Bibliothèque Municipale. Source : Wikipedia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.