Du vertige de l’action

Ce midi, en me penchant du balcon, je me disais que mon inaction était peut-être un peu comparable à mon vertige. Peut-être. Plusieurs choses sont nécessaires à mon sentiment de vertige : de la hauteur certes, mais surtout une structure instable ou me paraissant l’être. Mon sentiment de vertige redouble lorsque la stabilité de la structure est rendue précaire par le mouvement de mon corps (les parcours sur corde sont un bon exemple). Je n’ai jamais craint le vide dans un téléphérique ni dans une grande roue. Je redoute surtout le vide lorsque je suis responsable de ma sécurité. Sur une poutre. Sur un télésiège. Ce midi, en me penchant de mon balcon du 4e étage, je n’avais pas le moindre vertige. A aucun moment, je ne venais à douter de ce bon vieux garde-corps pansu en fonte de 1910.

Par ricochets, je me dis que mon inaction succède souvent à un sentiment de ne pas maîtriser une structure d’action, de ne pas savoir par où commencer.

Pieter Bruegel L’ancien (1562), La chute des anges rebelles (miniature), Bruxelles, Musées Royaux des Beaux Arts de Belgique. Source : https://artkarel.com/tag/bosch/



Citer ce billet
Amandine Thiry (2022, 9 mars). Du vertige de l’action. Reticulum. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/todq

2 réponses sur “Du vertige de l’action”

  1. Coucou ! Je croyais vous avoir perdue… Mais non, vous êtes encore là ! Je lis tellement de choses dans la journée, je fais tellement de choses. Je me dis, dès que tu auras fini, tu regarderas des films ou des séries sur Molotov TV ou sur Netflix. Et, au bout du compte, cela ne se passe pas, je fais des choses tard au début de la nuit pour me “venger” et taire ma frustration, et du coup je ne dors pas suffisamment. Mais je tiens, je tiens ! Au plaisir… J’espère que vous allez bien, en tout cas. :D
    (NB : https://blogs.mediapart.fr/simone-audissou/blog : un blog arrêté un temps, le temps d’avoir envie d’écrire encore à cet endroit.)

  2. Peut-être que l’inaction c’est le corps et l’âme qui envoient des messages subliminaux pour dire : ceci n’est pas ta priorité, ce n’est pas ca que tu dois ou que tu veux faire… si en lisant ceci tout ton corps crie « si, c’est ça que je veux faire ! », alors c’est de la procrastination, mal bien connu des angoissés et des rêveurs, et le seul remède est de se mettre un coup de pied au cul et de s’y mettre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search