Agentivité : rêveries d’un mardi pluvieux

Jérôme Bosch, Saint Jean-Baptiste méditant dans le désert. Madrid, Museo Lázaro Galdiano. Source : Till-Holger Borchert , Bosch Par le Détail, Hazan, 2016, 320 p. © Corpus Prod 2016

Cette après-midi pluvieuse me paraît propice à une forme de « cueillette sauvage » dans le jardin des réflexions en cours. Depuis plusieurs jours, je réfléchis au concept d’agency. Au gré des traditions et traductions sociologiques, ce terme se dérobe toujours un peu plus. S’agit-il finalement de la puissance, du pouvoir, de la volonté, de la capacité ou de la compétence d’agir? A chaque auteur, sa propre lecture. Heureusement, un excellent numéro de Rives méditerranéennes (2012) rassemble des contributions qui permettent de mettre un peu d’ordre dans la façon de conceptualiser agency1.

Les questions qui me tarabustent sont nombreuses et vastes : comment objectiver et historiciser la notion d’agentivité? Peut-on considérer la « carrière » et la « mobilité » d’un individu comme l’une des modalités de son agentivité? Sur quelles distinctions analytiques s’appuyer au-delà des différences de termes (capacité d’agir, agentivité, agency, etc.)? Quelle place accorder au rôle du hasard?

Et si finalement, ce n’était pas temps le concept qui importait mais la façon de conceptualiser les marges d’action, de négociation? Et si je partais plutôt du type d’actions observables?

A suivre…

En attendant, je continue à revâsser avec Jérôme Bosch et avec ce numéro ancien de la revue L’Entretien. Un petit détour méditatif du côté de l’anthropologie, avec David Le Breton…

Dès lors que leurs visages furent tournés vers le dehors, les hommes devinrent incapables de se voir eux-mêmes, et c’est notre grande infirmité. Ne pouvant nous voir, nous nous imaginons. Et chacun, se rêvant soi-même et devant les autres, reste seul derrière son visage.

René Daumal , cité par David Le Breton, « Introduction », dans Id.,  Des Visages. Essai d’anthropologie, Paris, Editions Métailié, 1992, p. 9, consulté en ligne sur Cairn.info
Jérôme Bosch (atelier de), Vision de Tondal. Madrid, Museo Lázaro Galdiano

Et bien, nous rêvons nos visages comme nous rêvons le visage des autres également, de la même manière que les sociétés humaines finalement, rêvent le monde qui les entoure. C’est à dire qu’il n’y a que des significations, que des valeurs, et que le monde, finalement , dans lequel nous vivons n’est qu’une immense fiction que l’anthropologue essai justement de déchiffrer en fonction des sociétés, en fonction des cultures, en fonction des époques. Et en même temps, évidemment, nous sommes infiniment seuls au monde d’une certaine manière. Nous sommes accrochés, par cette dimension du sens, aux autres mais en même temps, nous sommes enfermés en nous-même.

David Le Breton, « Comment capter et conserver la fragilité de nos existences », dans L’Entretien, n°5, 2018, p. 34

NB. Toute l’iconographie de ce billet provient d’un article d’Amparo López Redondo dans la Revue Koregos : Jérôme Boschson atelier et ses imitateurs dans la collection Lázaro Galdiano.

  1. Les contributions de ce numéro ont été présentées lors d’une journée d’études « Jeunes Chercheurs » organisée le 30 mars 2011 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, à l’initiative du groupe Genre, Femmes, Méditerranée (UMR TELEMME) . []

Ecrire avec Ivan Moravec

La première fois que j’ai entendu Ivan Moravec jouer, j’ai senti un énorme frisson monter jusqu’au sommet de mon crâne. Ces frissons-là partent du poignet et caressent tout l’extérieur de l’avant-bras jusqu’au du pli du coude, rejoignent la colonne vertébrale au milieu de la nuque. Ce sont les plus redoutables. Ce n’était peut-être pas la première fois que j’entendais ce pianiste tchèque, plusieurs radios classiques avaient déjà dû le distiller dans ma chambre. Mais c’était la première fois que je l’entendais jouer en ayant en tête son nom et son parcours. C’était il y plus de deux semaines1, sur la radio (belge) Musiq3. J’ai noté fébrilement le nom de l’oeuvre :

Piano Concerto No. 23 in A Major, K 488:  WOLFGANG AMADEUS MOZART: II Adagio. Ivan Moravec, piano – Academy of St Martin-in-the-Fields, dir. Neville Marriner (Haenssler CD 98.142)

Ivan Moravec est né à Prague en 1930. Son parcours atypique est ponctué par la rupture violente qu’il a connue avec la musique à l’âge de 18 ans. Suite à un terrible accident de patin à glace, il n’a plus touché ni au piano ni à la musique pendant six ans. Dans son commentaire introductif, le journaliste musical de Musiq3 suggérait combien cet accident et sa reconstruction personnelle avaient déterminé son style de jeu. D’après mes souvenirs, c’était surtout sa manière personnelle d’aborder les oeuvres qui rendait son jeu si unique.

Un peu impulsivement, j’ai décidé d’en apprendre plus sur Ivan Moravec, de l’écouter plus profondément. Mais ce projet est resté dans mes tiroirs comme le projet d’écrire un article de blog à son sujet. Ce n’est pas donc pas véritablement Ivan Moravec qui est au coeur de ce billet. Les curieux pourront l’écouter sur France Musique, ci-dessus ou lire sa page Wikipédia.

Ce billet est en réalité un simple pense-bête. Un « memento ». De la même façon que Moravec, je voudrais « interpréter » mes propres écrits de manière plus personnelle. Je voudrais écrire ma thèse à la première personne du singulier. Le « nous » majestatif m’apparaît tellement austère depuis que j’ai quitté les sphères académiques. Ecrire à la première personne du singulier est loin d’être une licence poétique pour moi, c’est un sauf-conduit. Trouver ma voix dans le chaos des autres, laisser chanter à l’unisson ceux qui le désirent et oser le contrepoint.

L’accident a beaucoup retardé mes études car la période entre 18 et 24 ans est très importante pour l’apprentissage. Cela m’a demandé un travail formidable pour surmonter ce retard. Mais au moins j’ai changé mon style de performance – j’ai appris à jouer en utilisant le le poids du bras, et cela m’a beaucoup aidé.

Ivan Moravec, cité par Eva Manethová dans son billet, pour Radio Prague International en espagnol, 27 décembre 2000, traduction par mes soins.

Le toucher d’Ivan Moravec est emprunt d’une grande douceur, d’une justesse inébranlable car ancrée dans l’individu lui-même. Les commentateurs s’accordent toutefois sur l’extrême maîtrise technique qui est la sienne. Justesse, authencité et maîtrise sous-jacente. Les trois « couleurs » d’Ivan Moravec dont je désire le plus me souvenir et m’inspirer.

Mon choc « musical » du 31 mars 2020. Source: https://www.youtube.com/watch?v=8vXdUJzxCo0

  1. Ce n’est que bien plus tard que j’ai retrouvé le jour et la date de cette diffusion : mardi 31 mars 2020, à 11h33, donc durant l’émission L’odyssée. []