Pilier de culée

La volonté de comprendre est exigeante ; pour cela, il y a autant d’illusions à combattre que de conditions à remplir.

Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Editions du Seuil, 1989, p. 115

Ce blog est resté à l’abandon pendant bien des mois, terre en friche, calcinée par mon auto-dénigrement. Comment écrire lorsque la paralysie vous saisit, lorsque chaque mot est suspect, systématiquement disqualifié, discrédité, sali par un manque de confiance en vous?

Cet article est une tentative de laisser à nouveau mes mains courir sur le clavier, une Gestalt-thérapie virtuelle de bas étage, si ce terme n’est pas condescendant, tant pour la Gestalt-thérapie que pour ses adeptes . Mais, cher lecteur – je peux vous vouvoyer j’imagine, c’est une astuce que je viens d’inventer, comme je viens d’inventer votre présence – qu’écrire?

Quand je relis mes premiers textes sur ce blog, je me rends compte que pas une seule fois je n’ai osé me mouiller en abordant un contenu scientifique… J’y ai étalé mes sentiments et ma passion pour les archives comme un dératiseur exhiberait sa collection entomologique à un client, pour faire de l’esbrouffe, brouiller les pistes, intriguer dirait la Marquise! Cela dit, la rédaction d’un blog comporte toujours le but imprescriptible mais presque toujours intime de séduire et/ou de convaincre.

La citation d’Arlette Farge placée en exergue de ce post me sert de gouvernail. Même si je la détourne et la galvaude ici. Dans ce passage du Goût de l’archive en effet (p. 114-122), Arlette Farge décrit les fragilités du métier d’historien. Avec sensibilité, elle décortique les illusions qu’il lui faut combattre (récit définitif de la vérité ; prétention d’universalité) puis les conditions qu’il lui faut remplir (notamment ne pas congédier ni dévoyer la vérité). Tout dans son texte respire une justesse inestimable. [NB : J’utilise des pronoms masculins dans ce paragraphe par clarté, pour distinguer Arlette Farge de l’historien(·ne)!]

Je pourrais utiliser cette citation d’Arlette Farge pour m’arc-bouter à sa conviction. Arc-bouter est le mot juste.

J’ai besoin d’un mantra. C’est un bon point de départ pour redémarrer ce blog.

La volonté de comprendre est exigeante ; pour cela, il y a autant d’illusions à combattre que de conditions à remplir.

Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Editions du Seuil, 1989, p. 115

Un jour, peut-être, j’aurai l’audace de parler de ma recherche.