La suspension de l’incrédulité

Dimanche passé, j’ai traversé un petit désert de solitude. Ma solitude s’apparente souvent à une zone étroite, non balisée, pour le moins triviale. Elle me rappelle le parc de la Senne, que j’ai découvert par hasard un soir, en explorant Schaerbeek (Bruxelles) par la course à pied. Une lieu plutôt accueillant, sinueux, aux ondulations à la fois naturelles et mobilières. La mélancolie du dimanche à l’heure du goûter.

Le parc de la Senne , Les terrasses du jardin frais, La Compagnie du Paysage)

Mais dimanche passé, ma solitude n’avait rien du parc de la Senne, c’était plutôt un bras de la mer du Nord, en novembre. J’ai accueilli comme je pouvais la tristesse, mais j’avais besoin de me divertir, d’anesthésier le flux, de me soustraire quelque temps à cette vague insidieuse. La digue avait peut-être cédé, mais je croyais toujours au brise-lames. C’est donc un peu par hasard que j’ai commencé à surfer sur arte.tv, pour finalement repérer un documentaire sur Françoise Hardy, « la discrète ». Je connais très peu Françoise Hardy, mais elle fait partie de ces personnes pour lesquelles j’éprouve un véritable respect. Le premier mot que j’associe à F.H. est sans doute la dignité. Une dignité souvent farouche, mais tellement instantanée. Une dignité du moment présent.

L’effet de ce documentaire a été assez saisissant : j’ai senti mon tronc se redresser, la détente s’est diffusé comme un somnifère dans le moindre de mes membres. J’ai réalisé que je n’avais plus regardé de documentaire depuis très longtemps. Certes, j’en enregistre énormément mais je ne m’assieds presque jamais devant la télévision. Je privilégie le confort absolu pour regarder un film ou un documentaire : les conditions du cinéma ou celles d’un appartement entier à ma disposition sans aucun risque d’interruption.

Mais revenons au documentaire. Outre la fraîcheur et la simplicité de F.H. qui m’ont d’emblée remise d’aplomb, j’ai noté deux autres notes réjouissantes. La première est une citation.

Il ne sert à rien d’avoir de beaux wagons si on n’a pas une locomotive pour les tirer.

Propos de Serge Gainsbourg à Françoise Hardy, rapportés dans Françoise Hardy – La discrète sur Arte.tv (38’20)

Au moment où Françoise Hardy a évoqué cette remarque de Serge Gainsbourg, j’ai eu l’impression que cette remarque m’était destinée. Rien ne servait de m’escrimer ce jour-là. Il me fallait une locomotive. Et rien ne servait de mettre de tenter de mettre en branle mes wagons sans disposer d’au moins une Type 12 ‘Belpaire’.

J’ai embrassé cette idée. Depuis ma visite au Musée du Train (Train World, à Schaerbeek), ma perception de la technologie ferroviaire a pour le moins évolué. Quelle splendeur, quelle poésie dans ces locomotives du dix-neuvième siècle. Et puis, il y a également cette Nuit des gares de France Culture, que je voudrais trouver le temps de terminer d’écouter.

Une autre passage m’a enthousiasmée. Un commentateur (allemand dans mon souvenir) se référait à la « suspension de l’incrédulité » provoquée par Françoise Hardy. Inmanquablement, le spectateur suspend son jugement et se laisse emporter dans son univers. C’est Samuel Taylor Coleridge, poète, philosophe et critique britannique qui introduit en 1817 ce concept de « willing suspension of disbelieve ». Ce concept définit « l’opération mentale qu’effectue le lecteur ou le spectateur d’une œuvre de fiction qui accepte, le temps de sa consultation de l’œuvre, de mettre de côté son scepticisme1 ». Selon Pierre Campion, qui cite lui-même O. Manonni, « la suspension volontaire de l’incrédulité (willing suspension of disbelief), qui conditionne l’illusion poétique doit-elle se comprendre moins comme une rupture que comme une sorte d’abstention, une sorte de laisser-faire conscient de lui-même, la levée autorisée d’une vigilance2. »

J’ignore pourquoi ce concept de suspension de l’incrédulité m’a tellement mise en joie ce dimanche-là. Je ne cherche plus à le savoir, je laisse le mystère continuer à opérer.

Parc de la Senne, Vue d’ensemble sur la section une (© La Compagnie du Paysage)
  1. https://fr.wikipedia.org/wiki/Suspension_consentie_de_l%27incr%C3%A9dulit%C3%A9 []
  2. O. Manonni, « L’illusion comique ou le théâtre du point de vue de l’imaginaire », dans Clés pour l’Imaginaire ou l’Autre Scène, Paris, Seuil, 1969, cité par Pierre Campion, Aux limites de la fiction, Rimbaud et l’objet de l’incrédulité, sur Fabula : https://www.fabula.org/effet/interventions/3.php []